Frais de port offert !
Veste Ernie denim Veste Ernie denim Veste Ernie denim Veste Ernie denim Veste Ernie denim

Blouson Ernie denim

Nouveau

237,50 €

Description :

Description

« Assurément, l’un des best sellers de la saison... »

  • Blouson type aviateur 
  • Couleur : bleu denim
  • Composition : 85% coton, 15% coton recyclé
  • Intérieur : 100% coton 
  • Doublure des manches en polyester recyclé
  • Fermeture boutons en corozo et col avec pression
  • Col en polyester recyclé
  • Poches passepoilées avec fermeture bouton pression 
  • Poche intérieure avec étiquette à message
  • Accroche porte manteau

* Fabriqué avec amour au Portugal *

Nathanaël mesure 1m86, pèse 76kg et porte une taille L.

Guide des tailles >

En savoir plus

Le blouson Aviateur

À l'origine, le manteau aviateur est une pièce d'uniforme militaire associée aux pilotes de la Seconde Guerre mondiale, conçue d’abord en cuir, en coton puis en nylon. Les principaux modèles référencés de manteaux aviateur équipaient notamment les membres des bombardiers américains. 

Différents types de blousons aviateur ont par la suite fait leur apparition, le type A2 étant le modèle le plus connu des blousons d'aviateur créé en 1931 à destination des membres de l'United States Army Air Corps, popularisé après-guerre par les pin-up et les acteurs d'Hollywood.

/La Citation

Les boutons en corozo

Terme espagnol pour qualifier l'ivoire végétal, le corozo ou tagua est la chaire intérieure du fruit de palmier à ivoire - appelée l'albumen - originaire de la forêt amazonienne. Il se sculpte, se tourne et se polit aussi facilement que l’ivoire.

La découverte du corozo remonte à 1798 par les explorateurs espagnols Hipólito Ruiz López et José Antonio Pavón partis explorer la jungle péruvienne du haut Amazone. Ils s’aperçoivent que les premiers à utiliser le palmier pour façonner des bijoux et objets sont les Indiens Quechuas.

Les marins travaillaient également le corozo et en faisaient des petites boites ainsi que des tabatières. En 1865, un bateau à vapeur quitte Esmeraldas en Equateur pour Hambourg et embarque à son bord une cargaison de tagua. Les Allemands découvrent alors l'ivoire végétal et commencent à fabriquer des boutons et de petits objets d'ornement tels des dés à coudre ou des bijoux.