Chemise Tartan marine

Prix réduit !

91,67 €

64,17 €

(-30%)

Description :

“Authentique et terriblement empreint d’héritage.”

- Couleur : Bleu marine à carreaux

- Composition : 100% flanelle de coton 

- Une poche poitrine boutonnée

- Boutons en corozo 

- Coupe légèrement cintrée

* Fabriquée avec amour au Portugal *

Maximilien mesure 1m81, pèse 72kg et porte une taille M.

Guide des tailles >

Attention : dernières pièces disponibles !

En savoir plus

Le Tartan 

Typique des peuples celtes depuis toujours, le tartan est connu pour son étoffe de laine à carreaux de couleurs. Le kilt écossais est ainsi le costume emblématique quasiment toujours réalisé dans un tissu à motifs de tartan qui différait, à la façon d’un blason, selon les familles. Dans les années 70, le mouvement punk, se plaçant volontairement en marge de la société, détourne le tartan et revisite son usage pour critiquer la classe dirigeante.

/La Citation

“Authentique et terriblement empreint d’héritage.”

La flanelle de coton

Le mot flanelle signifie « laine » en gallois. Même si à l’origine elle en était exclusivement composée, aujourd’hui elle est généralement en coton. Douces au toucher, les fibres sont tantôt foulées, battues, écrasées puis pressées afin de donner un aspect feutré au tissu. Souvent utilisée pour les manteaux d’hiver, les chemises et les chapeaux, la flanelle rend les vêtements plus imperméables.

Le corozo

Terme espagnol pour qualifier l'ivoire végétal, le corozo ou tagua est la chaire intérieur du fruit du palmier à ivoire - appelée l'albumen - originaire de la forêt amazonienne. Il se sculpte, se tourne et se polit aussi facilement que l’ivoire. La découverte du corozo remonte à 1798 par les explorateur espagnols Hipólito Ruiz López et José Antonio Pavón partis eexplorer la jungle péruvienne du haut Amazone. Ils s’aperçoivent que les premiers à utiliser le palmier pour façonner des bijoux et objets sont les Indiens quechuas. Les marins travaillaient également le corozo et en faisaient des petites boites ainsi que des tabatières. En 1865, un bateau à vapeur quitte Esmeraldas en Equateur pour Hambourg et embarque à son bord une cargaison de tagua. Les Allemands découvrent alors l'ivoire végétal et commencent à fabriquer des boutons et de petits objets d'ornement tels que des dés à coudre, des bijoux et des boutons de tiroir.