Nos origines
Nous avons 24 ans lorsque le coeur rempli d’impatience, de fougue et d’inconscience, nous décidons de coucher sur papier les premières lignes de ce qui deviendra l’un des projets les plus importants de notre vie.

Durant nos études de communication à Montreuil, on collectionnait les projets créatifs en binôme : création de publicités, identités graphiques, réalisation de courts-métrages… En 2003, nous voilà plongés dans le grand bain. Mathieu poursuit ses études, Valentin accumule les petits boulots, et fait face à cet universel entre-deux, cette période obscure, coincé entre des rêves plein la tête et l’incapacité à les réaliser. Quel rêve ? Mettre sur pied un projet artistique commun.

Initialement, le projet semble clair : à travers une marque de vêtements, nous souhaitons donner vie à nos délires créatifs et nos convictions, autant éthiques, environnementales que morales. Le pitch est limpide, étrangement la réalité l’est un peu moins. Le monde qui nous tend les bras nous rappelle que rien n’est gagné d’avance. A croire que la Seine-Saint-Denis n’est pas propice aux téléfilms où tout commence bien. C’est donc avec la persévérance des indociles, la frénésie propre aux passionnés, l’entêtement des acharnés et l’irrépressible envie de cristalliser notre attachement au monde de l’art que nous créons OLOW.
Avec seulement 2000 € chacun en 2006, nous mettons en place une boutique en ligne de tee-shirts imprimés, réalisés en collaboration avec des artistes. La route est sinueuse et choisissons de prendre le premier virage. En participant à un concours de création d’entreprise organisé par le département, nous gagnons le premier prix. Avec la somme remportée, nous investissons dans la conception de 1200 tee-shirts dont la sérigraphie est entièrement réalisée à la main par un atelier plutôt punk situé aux Lilas. Heureusement, les techniques d’impression ont depuis évolué au même titre que les minimas de production. 1200 ? C’est aussi, à peu de choses près, le nombre de tee-shirts que nous stockons chez les parents de Valentin, et le nombre total de produits qui nous restera sur les bras pendant 2 années.

De 2008 à 2012, en produisant sans cesse de nouveaux modèles et en proposant de nouvelles catégories de vêtements (sweats, chemises et manteaux), OLOW ressemble à l’Agence tous risques. Les potes deviennent nos banquiers, les banquiers rarement des potes. Pourtant, malgré ses airs d’imprudence obstinée, nous sommes convaincus par l’aventure OLOW, persuadés par ce défi un peu fou de bâtir un pont entre la mode et l’art.
"Un attachement artistique, un engagement éthique et une volonté de proximité."
En 2008, nous installons nos bureaux dans une cave en terre battue d’un immeuble parisien, et décidons de parcourir la France en voiture à trois reprises, le coffre plein de nos tee-shirts, le coeur rempli de hâte. Notre dernière tournée reste aujourd’hui la plus mémorable et signe le véritable tournant de l’épopée OLOW (Hollow : cavité en anglais). A bord de la voiture du père de Christophe Luez, ami skateur et designer de longue date, nous allons à la rencontre de nos futurs shops revendeurs, et roulons sur près de 8000 km jusqu’à la Belgique et la Hollande. « À vaincre sans squatter les canapés, les linos des potes et les campings bon marché, on triomphe sans gloire ! »

Ce jour-là, nous venons de lancer officiellement la marque auprès d’une quarantaine de magasins, et sommes à l’aube du développement d'une gamme plus classique majoritairement fabriquée en coton bio. Notre indéfectible persévérance aura eu raison du parcours semé d’embûches puisque l’aventure OLOW est bel et bien engagée.
Basé à Nantes de 2010 à 2016, nous rassemblons la communauté créative et artistique locale autour d’événements culturels. Les concerts et projections de films organisés au sein des bureaux situés en plein coeur de ville sont l’occasion d’infuser un esprit de partage et d’instaurer une proximité avec nos plus fidèles clients. A l’image de la désormais célèbre exposition itinérante intitulée « Planchettes », nous réunissions de nombreux artistes français et internationaux autour de thématiques communes.

Au feeling et avec style, OLOW fonctionne au coup de coeur. Amis graphistes, illustrateurs anonymes, photographes méconnus, nous dénichons des artistes à travers les magazines, les blogs et les expos afin de donner vie à des collaborations aussi instinctives que naturelles, souvent spontanées et délibérément intemporelles. A cette époque, le nombre de revendeurs ne cesse d’évoluer, propulsant, pour notre plus grand bonheur, OLOW au statut de marque incontournable sur le territoire français et également présente dans de nombreux pays européens.
Désormais ré-implanté à Paris depuis 2016, OLOW s’inspire de l’effusion culturelle de la capitale afin d’organiser des vernissages au sein de notre QG de la rue de Montmorency. Sortir du simple label de ‘marque de vêtements’, pouvoir rencontrer des artistes et faire venir des potes lors de vernissages… une volonté initiale depuis étendue et partagée auprès de notre deuxième boutique parisienne ouverte en 2018 rue de Marseille dans le 10ème arrondissement.

OLOW est aujourd'hui présent dans une sélection de magasins de référence à l'image du Bon Marché Paris, de l'Exception ou de La Garçonnière. Notre réseau de revendeurs s’étend aussi à l’étranger (Rotation à Berlin, Thomas I Punkt à Hambourg, Mr. Courbet à Cologne, La Compania Polar à Madrid, Wing One à Hong Kong, ou encore Robinsons à Singapour).
Nous sommes aujourd’hui doublement heureux d’avoir pu agrandir la famille OLOW en créant non seulement de l’emploi mais en transmettant à nos employés cette passion pour la culture artistique, ce désir d’indépendance et ce besoin de proximité. OLOW incarne avant tout cette opportunité unique de participer ensemble au développement d’un projet qui semble juste.

Une décennie riche en apprentissages, en collaborations et en voyages nous aura permis de renforcer notre attachement artistique, notre engagement éthique et cette volonté de proximité, indélébile, inépuisable et plus que jamais propre à l’ADN de la marque.