Miguel et Marco
L’usine à l’origine de la confection des sweats et tee-shirts OLOW a été créée en 1987 dans la région de Braga. Reprise en 2009 par les deux fils aînés de la famille, l’entreprise, jusqu’alors en perdition, embauche désormais 35 employés (pour la plupart rémunérés au delà du SMIC) et n’a qu’une seule ambition : véhiculer le savoir-faire familial acquis grâce à une transmission intacte des connaissances textiles. Nés à Quimper et ayant vécu une grande partie de leur enfance en France, Miguel et Marco incarnent cette proximité et cette sincère amitié avec notre terre d’adoption. Agés aujourd’hui d’une quarantaine d’années, les deux frères, fans de surf et de motos, sont devenus de précieux conseillers et nos plus fidèles amis avec qui nous partageons de nombreux barbecues et apéros. Le tout en français !

“La saison 2019-2020 sera sous le signe du développement technologique pour l’entreprise,” affirme Marco. “Ce développement comportera des mesures environnementales importantes telle que la pose de panneaux solaires sur le toit de l’usine afin de produire l’énergie nécessaire à notre consommation quotidienne.”
Eugenia
Fabriquer des manteaux relève d’une mission délicate. Pour chaque collection, OLOW souhaite proposer des manteaux de haute qualité à un prix accessible. A la suite d’une réflexion approfondie aux côtés d’Eugenia, véritable visionnaire en charge de la confection de nos manteaux, nous mettons sur pieds une fiche produit détaillée pour s’assurer du suivi exact de chaque pièce. La confiance que nous avons en Eugenia et ses équipes n’a d’égal que notre attachement et authentique amitié. L’expertise et l’efficacité des équipes sur place depuis plus de 30 ans permettent ainsi à OLOW de créer un vêtement haut de gamme et abordable en toute confiance.

“Depuis la création de l’entreprise, reprise depuis quelques années par 3 enfants, notre mot d’ordre est la qualité de la production puisque nous avons conscience que chaque pièce créée est unique,” explique Eugenia. “Nous évoluons dans un environnement familial guidé par une grande connaissance des matériaux utilisés, une certaine précision et une efficacité reconnue en Europe.”
Vitor
Le jardin de Vitor, gérant de l’usine en charge de la fabrication des vestes, des pantalons et des shorts, est un champs d’arbres fruités colorés, inspirant et délicieux. Dans ce coin du Portugal, tout le monde semble se connaître. Chaque sortie au restaurant est l’occasion de se retrouver et d’évoquer le beau temps, les vacances et la vie. Il s’agit ici d’une véritable histoire d’amour, une histoire de famille léguée il y a quatre an par Adélio à ses deux fils, Vitor et son frère, devenus, au fil des ans, des amis. L’entreprise familiale privilégie aujourd’hui les mesures environnementales avec l’installation de panneaux solaires et accorde une attention toute particulière aux conditions de travail de ses employés.
Pedro
A la tête de l’usine familiale de 27 employés dédiée à la fabrication des pulls OLOW, Pedro travaille avec sa femme dans les ateliers de confection. Il est également un ami des deux frères Miguel et Marco. Dans ces petits villages du Portugal, les amitiés durent et les histoires se partagent. Située près d’une forêt d’eucalyptus, l’usine de Pedro borde une rivière sur laquelle il part régulièrement faire du paddle avec Miguel et Marco. Aussi pure que la laine utilisée pour la confection des pulls, l’eau de la rivière est également utilisée comme eau potable par une partie de la population.
Eva
Situé à 30 km de Porto, l’entreprise en charge des chemises OLOW est la plus grande des usines avec laquelle nous collaborons. Avec plus de 100 employés, elle est connue pour son professionnalisme. Divisée en quatre départements, l’usine comprend un espace dédié à la découpe des tissus, un espace pour la préparation (cols, manchettes, pochettes…), une partie fermeture des produits ainsi qu’une section finale relative à la mise en place des boutons, le contrôle des mesures, le repassage et l’emballage.


“Nous sommes ouverts depuis 27 ans,” raconte Eva. “Nous étions une poignée d’employés quand nous avons commencé, et sommes aujourd’hui une centaine.”