ITW, Laura Berger le pouvoir de la féminité…

La féminité et la douceur habitent le travail de Laura Berger. Américaine d’origine allemande, Laura s’est d’abord lancée dans des études de théâtre puis de scénographie pour arriver très naturellement à l’illustration. Féministe à sa manière, Laura a construit son univers autour de la femme, de la rondeur mais puise également son inspiration dans ses voyages avec des couleurs chaudes et la présence d’attributs végétaux… Rencontre avec une artiste aux multiples facettes !

_

painting-photo-by-alex-maier

19

_

Tu as un nom très frenchy mais pourtant tu as toujours vécu aux Etats-Unis, peux-tu nous en dire un peu plus du lieu et du contexte dans lequel tu as grandi ?

C’est vrai qu’il sonne très français, n’est-ce pas ? Même si j’ai des ancêtres français, mon nom de famille est en fait allemand – les parents de mon père venaient d’Allemagne. J’ai grandi dans une petite ville assez libérale dans le Wisconsin aux US. J’ai déménagé à Chicago quand j’avais 23 ans et je vis ici depuis 15 ans.

_

D’ailleurs, j’ai entendu dire que tu avais un diplôme de théâtre et que tu avais été quelques temps scénographe… Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire de l’illustration ton métier ?

Oui, j’ai fait des études de théâtre avec option design, ce qui m’a permis de faire beaucoup de scenographie. Je n’ai jamais vraiment fait le choix délibéré d’être artiste – c’est simplement le résultat d’une évolution naturelle. J’ai commencé à peindre mes propres œuvres comme une sorte de thérapie après une période difficile autour de mes 26 ans. C’était un hobby, un moyen de canaliser mon énergie, et après plusieurs années, c’en est devenu mon travail à plein temps.

_

Tes illustrations sont selon moi la quintessence de la féminité avec des formes tout en rondeur, des couleurs douces composant un tout très harmonieux… Quelle est ta vision personnelle de la femme aujourd’hui et comment la retranscris-tu dans ton travail ?

Les femmes sont bien évidemment incroyablement fortes, mais font encore face à tout un tas d’obstacles afin d’obtenir un statut d’égal dans la société. Ce qui est bien sûr très présent dans nos esprits aux US en ce moment – je pense que nombre d’entre nous sont choqués du renversement de situation : nous pensions avoir fait beaucoup de chemin en tant que culture et société, et là nous faisons soudainement face à ces atroces idéaux représentés par des personnes au pouvoir et acceptés par une partie du pays, dont beaucoup sont des femmes – ces derniers mois ont été très intenses. Ce qui me désole c’est de savoir que des femmes se voient comme inférieures. Nous nous rendons compte de tout le travail qu’il nous reste encore à faire. Le bon côté de tout ça c’est que nous sommes redynamisés et encore plus gonflés à bloc vis à vis du féminisme, des femmes qui se soutiennent entre elles et qui s’entraident. Nous voyons toutes ces femmes extraordinaires émerger en tant que voix de leadership, et des évènements exceptionnels tels que la Marche des Femmes – mon côté optimiste pensent que nous retraversons ces temps difficiles, où on a l’impression de régresser, afin de travailler plus dur pour progresser. La vie fonctionne ainsi. J’intègre ces thèmes dans mon travail, et généralement j’aime les peindre de manière positive, des manifestations positives et des possibilités.

_

alliance

carrying-the-sun-up-the-hill-rolling-the-moon-back-down

_

La douceur et les couleurs de tes illustrations inspirent la faune et la flore, le retour aux sources avec des femmes dans leur plus simple appareil… Était-ce une volonté de ta part de mettre en avant cette thématique de la nature ?

Oui, je cherche vraiment à intégrer des éléments naturels dans mon travail car c’est une connexion très importante pour moi dans ma vie. Etre dans la nature ou même juste apprécier le monde naturel peut signifier des choses tellement différentes pour chacun d’entre nous donc je n’ai pas d’intention initiale, mais personnellement je pense aux idées telles que la connexion avec notre vraie nature, nos racines, la terre, d’où nous venons, la naissance et la mort, puiser dans ce qui compte vraiment – ce genre de choses.

_

On ressent beaucoup d’inspirations ethniques et africaines dans tes illustrations notamment avec la végétation et les couleurs, comment l’expliques-tu ?

J’essaie de voyager autant que possible, et j’ai aussi toujours aimé regarder des œuvres d’art et des tissues d’autres cultures. Je suis sûre que certains éléments de ces influences s’infiltrent dans mon subconscient et se combinent différemment quand je travaille sur de nouvelles idées.

_

transformation

something-to-hold-on-to

_

Pourquoi représenter systématiquement des femmes nues ? Quelle signification cela a pour toi ?

Je n’ai jamais eu l’intention de les peindre nues, en soi – j’essayais juste de simplifier les figures le plus possible en éliminant les détails, tels que les vêtements, et en les peignant d’une seule couleur. Mais le plus j’avance, le plus je me dis qu’il est logique que la nudité représente un sentiment de liberté totale et d’aisance avec soi-même, avec les autres et l’environnement ; j’aime travailler avec ce genre de belle pensée.

_

Tu t’adonnes également à la poterie en modelant tes petites femmes en 3D, c’était important pour toi de les représenter en volume ?

Oui, je trouve ça marrant de travailler avec mes mains d’une manière différente et d’expérimenter avec d’autres supports afin d’exprimer mes idées. C’est très intéressant de voir comment les formes se nourrissent les unes les autres et m’apprennent de nouvelles choses ou éveillent de nouvelles idées. Par exemple, la sculpture m’aide à travailler les positions du corps et la forme, que je peux ensuite retranscrire dans mes peintures. J’aime surtout essayer de nouvelles choses en permanence afin de garder mon travail frais et pertinent.

_

circling

offering

_

Pour finir, on a tous un espace spacio-temporel rêvé… Dans quel époque et lieu aurais-tu rêver de vivre ?

Je pense que je me serais bien intégrée dans la période hippie des années 60 à San Francisco. Ou peut-être une chanteuse dans une boite de nuit dans les années 40 à New York. L’ère Obama était pas mal aussi. J’aimerais bien y retourner, là maintenant.

_________________________________________________________________________________________________________

• Plus d’infos sur le travail tout en rondeur et féminité sur son site web ainsi que sa page Instagram


Partagez cet article sur Facebook :

À propos de l'auteur :

Marion Bureau
Marion Bureau
Chargée de communication chez OLOW

Site web : www.instagram.com/onctuositey/