Des tisserands au Maroc

En plein mois de ramadan, au détour d’une rue du quartier du Moukef un artisan me fait signe. Il est à l’entrée d’un foundouk ( centre artisanal pourvu d’une cour intérieure où chaque pièce est un atelier ) il me propose de le suivre, il a bien vu mon appareil photo et a surement senti qu’il pourrait se faire une pièce ou deux, c’est le jeu …

Je le suis, monte un escalier ; une fois au premier je vois dans des pièces guère plus grandes que des placards des hommes. Certains dorment, arrassés par le jeûne et la chaleur, d’autres travaillent, seuls ou à plusieurs avec patience et dextérité.

__dsc0268 _dsc0270_

C’est amusant de voir comme ils connaissent leur métier à tisser. Ils pourraient le manipuler les yeux fermés et tel des joueurs d’orgue leurs pieds actionnent les différentes mannettes qui composeront le motif du tissus. Ici, rien n’est perdu et tout est artisanal. Chaque machine est faite de la récupération de bois et de tissus déchirés et noués entre eux liant ainsi les composants les uns aux autres. On croirait pénétrer une forêt, la lumière des néons reproduisant le soleil qui perce à travers les arbres.

__dsc0277 

_dsc0297

_

Personne ne parle, ou si peu. Ce n’est pas silencieux pour autant ; ramadan oblige, le poste radio diffuse le Coran. Je ne comprends pas ce qui est chanté mais la voix est douce et mélodieuse, légérement distordue par la mauvaise réception du signal.

_

_dsc0300 _dsc0304

_dsc0316 _

Le français est une langue plutôt bien connue des marocains, mais ici tous n’ont pas eu la chance d’aller à l’école et mes rudiments d’arabe me permettent tout juste d’acheter une bouteille d’eau chez l’épicier. Toutefois on me sourit, je souris en retour. Ils ont bien vu l’intérêt que je porte à leur travail, ils me montrent comment fonctionne leur machine et je leur montre mes photos, sans nous comprendre nous apprécions l’échange, le contraste entre leur outil et le mien est amusant. Le temps passe et je vois que je dois partir. Dans deux heures ils s’arréteront de travailler pour rompre le jeûne, ils rentreront chez eux, et recommenceront demain.

_

_dsc0318

_dsc0333


Partagez cet article sur Facebook :

À propos de l'auteur :

Paul Fregeai
Paul Fregeai