Berlin regorge de concept stores, de petits magasins dans lesquels on déniche toujours un truc un peu cool, introuvable ailleurs, des petites marques montantes. Bref, Berlin c’est LA capitale du streetwear européen. Peuplée d’artistes, de musiciens, de noctambules, et autres adeptes de cultures alternatives, les tendances fusent et Berlin accueille à bras ouverts tous les projets au sang frais.

OLOW est allé faire un petit tour dans la capitale germanique, il y a de ça 2 ans déjà et a fait la connaissance sur place d’un magasin très très cool, tenu par Christine et Niko.

Rotation Boutique est un ancien magasin de vinyles qui a reconverti une partie de son espace en concept store. On trouve principalement des marques de designers allemands, quelques marques françaises et pas mal de concepts responsables et à la pointe de la mode.

 

Pouvez-vous vous présenter ?

On s’appelle Nikolaus Schäfer et Christine Giese, on a tous les deux la trentaine passée, on est en couple et gère ensemble le magasin Rotation, dans le centre de Berlin. On y trouve des vinyls d’électro, de la mode exclusive berlinoise et internationale et des expos de gens qui font partie de notre entourage. On propose tout ce qui nous plait et qui correspond à nos attentes en termes de qualité. On aime tout ce qui est particulier, du moment que ce n’est pas grand public.

 

Que faisiez-vous avant Rotation ? La musique est importante pour vous. Christine tu étais DJ avant ? Comment c’était ?

On est arrivé tous les deux vers la fin des années 90 à Berlin pour les études. Mais la culture alternative berlinoise est vite devenue une passion et les études ont été reléguées au deuxième plan.Niko travaillait pour une auberge de jeunesse, et moi je suis devenue DJ Suzi Wong dans les clubs berlinois. En 2003, Niko a ouvert avec des potes de l’auberge dans laquelle il travaillait un magasin de vinyles, Rotation. L’idée était de présenter la musique des clubs berlinois, les labels, l’imposante scène musicale et les artistes du monde entier. Moi j’étais présentatrice et DJ sur une radio hip-hop et électro. En plus, j’enchaînais les tournées avec des artistes connus comme Carl Craig ; Juan Atkins ou Afrika Bambaata. On a rencontré nos idoles et on a réalisé nos rêves, sans vraiment le prévoir.

Je vivais des émissions de radio et de mon travail de DJ et j’étais résidente dans le club Trésor et au club Maria am Ostbahnhof. En parallèle, j’ai écris ma thèse sur la place des femmes dans la culture DJ. Et puis on a eu envie de réaliser des projets ensembles, alors j’ai rejoint Niko au magasin et on a développé le concept.

On a rencontré tellement de personnes intéressantes, des musiciens, des artistes, des stylistes, qu’on avait envie de les présenter dans notre magasin. C’est pour cela qu’on a transformé le magasin de vinyles en concept store.

 

Quand avez-vous ouvert le magasin Rotation ? C’est quoi le concept ?

On a ouvert Rotation Boutique pendant l’été 2010. On a fait un grosse fête avec des DJs du Berghain et du Panoramar, qui sont des potes. Le magasin était blindé et le nouveau concept a tout de suite fonctionné. En très peu de temps, le magasin était déjà vide. Au début on avait que des stylistes indépendants berlinois, qui produisent en très petite quantité. On a donc cherché des marques internationales qui nous plaisaient et qui correspondaient au concept. C’est comme ça qu’on a découvert OLOW ou Sixpack.

On vend surtout du streetwear. En plus des marques berlinoises, dont certains font du 100% coton bio, on travaille également avec des marques internationales qui font produire en Europe et qui propose des produits de qualité.

On ne vend pas que des vêtements et de la musique, on propose également une sélection de livres, d’accessoires, de bijoux. Là aussi, on choisit des produits exclusifs, qu’on ne peut pas trouver partout. C’est ce qui fait le magasin : une sélection de produits de qualité, qui correspondent à nos goûts persos, et qui ne plaisent pas à tout le monde.

 

Qui sont vos clients ? On s’imagine tout, sauf des clients classiques !

On a beaucoup de clients issus de la musique, qui viennent acheter leurs vinyles et qui sont toujours contents de repartir avec un vêtement. Mais on a pas que des fans de vinyles (hommes, entre 20 et 30 ans, NERD !) mais aussi de plus en plus de femmes, des plus de 30 ans, qui n’ont pas envie de s’habiller comme tout le monde et qui sont prêts à mettre plus cher pour des vêtements de qualité, qui tiennent plus longtemps. Une grande majorité de notre clientèle est aussi internationale. Notre magasin est à côté de Rosenthaler Platz, où pas mal d’auberges de jeunesse se sont installées ces dernières années.

 

Pourquoi Berlin ? Comment tu décrirais la ville ?

Berlin es tune ville qui est encore très abordable et qui offre une vie culturelle exceptionnelle. Ici, tu peux réaliser des concepts complètement farfelus, t’en sortir avec peu d’argent et en plus être heureux. Berlin est, comme le disait notre maire, « pauvre mais sexy », même si ces derniers temps quelque chose a changé, et les loyers augmentent aussi. Berlin est très libérale, en particulier en ce qui concerne le monde la nuit, l’art et la culture alternative. Cite-moi une ville où le weekend dure de jeudi à mardi et où tu peux faire la fête et danser à n’importe quel moment de la journée ?

 

Vous avez un blog, tout nouveau. Que peut-on y lire ? Sera-t-il dispo en anglais ? C’est important pour vous d’être 2.0 ?

Sur notre blog on présente nos marques, d’où elles viennent, où elles produisent, et nos nouveautés. On veut faire du blog un mini site de vente en ligne, avec plus d’infos et la possibilité de commander directement. On veut pas d’un site de vente en ligne classique. On travaille avec des stylistes indépendants et les tailles et les coupes varient énormément. C’est pour ça qu’on veut nos clients échangent avec nous avant de commander. Si vous voyez quelque chose qui vous plait sur le blog, vous pouvez d’ailleurs nous envoyer un mail à info@roration-records.de. On peut envoyer partout dans le monde.

 

Des projets pour le futur ?

Pour nous l’important, c’est de nous amuser dans notre boulot. C’est pour ça que Rotation change souvent. On est toujours à la recherche de nouveautés, de nouveaux stylistes ou artistes. Un ami architecte d’intérieur nous aide régulièrement a changer le look du magasin. On accroche les vêtements à un nœud de pendu par exemple. On vient de trouver aux puces un vieux banc d’hôtel du siècle dernier. On va bien entendu le mettre dans le shop.

On veut pas se développer dans le monde entier, mais qui sait, peut être qu’on va ouvrir un deuxième magasin ! Chaque étape nécessite pas mal de boulot et une organisation impeccable, donc on se presse pas. Mais peut-être que bientôt on fera une petite fête et une expo OLOW !

 

ITW réalisé par Clémence Hublet

http://www.olow.fr/wp-admin/post.php?post=802&action=edit&message=1

http://rotationboutique.wordpress.com/

http://www.rotation-records.de/