Une chose est sûre, Jérémy Vlcsek est un mec polyvalent , occupé et modeste. A seulement 24 ans, le menuisier attitré de chez OLOW, est à la fois une figure importante de la scène skate bordelaise, mais aussi un jeune entrepreneur, photographe et baroudeur à ses heures perdues.

Salut Jérémy, comment ça va ?
Plutôt bien, le soleil brille à l’heure où je te parle et je te cache pas que j’ai encore 1000 choses à faire avant de reprendre la voie du boulot, c’est-à-dire demain…

 

Bon, nous on te connaît bien, mais peux tu quand même faire une rapide présentation de toi ?
J’ai 24 ans maintenant, je suis menuisier depuis presque 6 ans et je fais du skate depuis 10 ans.
J’habite à Bordeaux depuis maintenant 3 ans, le temps passe vite ! Je suis originaire de la banlieue parisienne, de SQY.

 

Je crois que tu reviens d’un bon road-trip au Liban et en Europe de l’Est ? Ca c’est passé comment ? Racontes-moi un peu ton périple ?
En fait, je suis parti tout le mois de Juillet, pour moitié au Liban et pour moitié en Europe de l’est, malheureusement pas plus mais que veux-tu petit budget, petites vacances !
Mon père est marié avec une libanaise depuis presque 10 ans et ils y partent assez souvent pour passer du temps avec toute sa famille, j’y suis déjà allé il y a 8 ans, j’avais vraiment envie d’y retourner pour voir le pays avec 8 ans de plus dans les pattes ; ce qui a changé, ce qui est resté, les libanais… Au final je ne suis pas déçu, cette « suisse du moyen orient » mérite bel et bien le coup d’œil !
L’Europe de l’est c’est une destination assez facile pour nous les français, on sait tous que le coût de la vie est moins élevé et que nos salaires nous permettent pour sûr de passer de bonnes vacances sans trop jouer au crevard. On est parti avec ma copine de l’Alsace en voiture d’où elle est originaire et puis 3000km plus tard retour au point de départ après avoir pu traverser quelques pays : L’Allemagne, la République tchèque, La Pologne, La Hongrie, la Slovaquie et l’Autriche.

 

C’est quoi le truc le plus dingue qui t’es arrivé sur le trajet ?
Je dirais d’avoir retrouvé une partie de ma famille qui habite en Slovaquie, à Budmerice, c’est un village situé à une vingtaine de kilomètres au nord de Bratislava.
Mon grand-père était tchécoslovaque et à immigrer en France après la guerre, ma mère allait en Tchéco lorsqu’elle était jeune mais depuis une vingtaine d’année les contacts se sont perdus entre les deux familles. Le seul truc que je savais c’est que la famille habitait à l’époque dans ce village.
Du coup sur la route pour Bratislava, après s’être bien perdu dans la campagne slovaque, on finit par tomber sur ce village, le village n’est plus aussi petit qu’à l’époque et moi qui croyait que j’allais devoir sillonner une dizaine de boîte aux lettres avant de tomber sur la bonne je me rends vite compte que j’aurai du prévoir une bonne semaine de quête avant d’y arriver par ce moyen.
Au final, on finit par tomber sur la mairie et puis on se dit que dans les villages, tout le monde se connait, c’est bien connut. Coup de chance, après une discussion de sourd je finis par écrire le nom de la famille sur un bout de papier et là la charmante femme du guichet me montre sur un plan où se trouve la maison, je sors, la dame me montre très poliment que c’est au bout d’une petite rue « avec la voiture devant » et là je fonce en direction de cette maison, je frappe à la porte, et sort mon passeport pour lui montrer mon nom, on a tous les deux mit quelques minutes à réaliser et puis en 10 minutes je me suis retrouvé entourés de tout un tas de tantes et de neveux qui me fixaient droit dans les yeux avec un grand sourire en me posant tout un tas de questions en slovaque. Au final on a passé pas mal de temps à se faire des dessins sur un carnet pour se faire comprendre les uns des autres.
Pendant 2heures j’ai pu rencontrer une bonne partie de ma famille, avec ma copine on était vraiment stupéfié de voir le bonheur qu’aura pu apporter cette visite, aussi folle soit elle.
Au final après avoir poliment refusé de décommander le reste de notre séjour pour pouvoir rester chez eux et m’être fait offert une bouteille de 2l d’un alcool fait maison dont le taux d’alcool frise avec la pureté, on s’est fait escorté à Bratislava avec le bonheur de savoir que le lien était maintenant renoué.

Niveau photo, je pense que t’as du revenir avec des caisses de clichés nan?

Pas tant que ça au final, une petite dizaine seulement, j’ai pris la grande partie de mes photos au Liban, le changement était tellement dingue qu’à chaque coin de rue je restais scotché et je sortais mon appareil.
L’Europe de l’est, on ne peut rien dire, c’est très beau, l’architecture est extrêmement belle et ma copine qui est architecte a pris une sacrée claque pendant ce séjour, cependant, ce sont devenu des villes ultra touristiques, on perd presque cette impression d’être à l’étranger, dans une autre culture, un autre pays tout simplement, du coup je me suis pas mal calmé niveau photo dans ces pays, on s’est contenté de faire comme beaucoup de monde, marcher toute la journée histoire d’admirer la richesse architecturale de ces villes de l’est.

 

Et niveau skate, ça donne quoi le Liban et l’Europe de l’est ?
Au Liban, c’est très dur de pouvoir skater et le skate n’a clairement pas fait son entrée las bas. J’avais entendu parler d’un skatepark qui venait de se monter près du forum de Beyrouth et je me suis dit que ce serait l’occasion d’y croiser des skateurs libanais et de pouvoir parler un peu avec eux. Au final j’ai cherché pendant toute un après midi ce fameux skatepark mais personne dans tous le quartier proche n’avait entendu parler de cette fameuse place, à la nuit tombée, j’ai rebrousser chemin et ce n’est qu’en empruntant l’autoroute qui mène à l’aéroport le jour de mon départ que j’ai fini par apercevoir le skatepark, au fond d’un parking d’un centre commercial….
Pour en revenir à l’Europe de l’est, tout le monde sait que c’est une bonne alternative au désormais trop classique Barcelone, les spots sont fous, les places de marbres ne manquent pas et le skate est bien plus ancrer dans la culture, je n’ai pas vraiment eu l’occasion de skater, je voulais avant tout visiter et voir le plus du pays possible, d’autant plus que voyager avec sa copine entraîne de mettre son skate de côté un petit moment… Je lui ai juste fait comprendre qu’à Prague, il y a Letna Park (Staline Place) et que je devais aller y skater, tout le monde sait qu’en plus il y a une superbe vue sur la ville du spot, alors quand tout le monde est content…

 

Peux-tu nous raconter un peu l’histoire de Bella, la menuiserie que t’as montée ?
C’est assez récent… Je peux te raconter brièvement comment ça s’est présenté petit à petit.
En gros lorsque tu as une copine architecte et que tu es menuisier, tu te dois d’essayer de l’impressionner en lui faisant croire que l’image qu’elle a du menuisier, c’est-à-dire du viril ouvrier en bleu de travail dans son atelier, la clope au bec toute la journée à fabriquer des meubles au travail interminable, c’est bien la tienne, et non celle de ton patron qui te court aux fesses pour que tout soit fait au plus vite.
Bref j’ai commencé à lui fabriquer quelques petits bijoux en bois pendant mes heures de pose, de toute manière j’ai toujours apprécié travailler le bois, je faisais déjà les PLV pour OLOW en parallèle. Et puis un jour après avoir parlé avec elle du fait que ça pouvait peut être intéressé d’autre personne que ma copine et vous, je suis rentré dans une boutique en bas de chez moi, Graduate, et je leur ai simplement dit que je savais un peu travailler le bois, et que si ils voulaient je pouvais leur reproduire leur logo en bois, de la manière qu’ils voulaient. A ma surprise ils ont été direct chaud et depuis c’est parti, grâce au bouche à oreille j’ai réussi à faire quelques pièces pour des potes et rencontrer d’autres personnes intéressées par ce concept, la pièce unique, faite main, avec tous les moyens du bord et faite de récupération essentiellement.

On a vu plein d’oiseaux en bois dans la ville, avec la griffe de ta boite…Peux tu nous expliquer ce projet et comment ça t’es venu ?

C’est simple, pour faire parler du projet, il faut que les gens en entendent parler.
Le meilleur moyen que j’ai trouvé pour y arriver, c’est d’utiliser la rue comme moyen de communication en essayant d’attirer l’œil sur quelque chose de visuel, au même titre qu’un graff ou qu’un sticker mais en version « tout public »
Du coup je découpe dans du bois cet oiseau, qui est pour moi une forme agréable à l’œil, simple à réaliser et qui me permet de faire de plus grandes séries. Je sors de chez moi, tube de néoprène en poche, je me ballade et j’essaye d’en coller là ou je pense que le regard des passants se pose involontairement systématiquement. Libre à eux de s’en approcher, et à ce moment-là de voir que mes coordonnées sont marquées dessus et qui sait, de prendre contact avec moi ou d’en parler aux autres !

 

Et alors ça a marché ? Dis nous en un peu plus sur tes clients ?
Je sais pas vraiment si on peut appeler ça une véritable réussite mais je reçois des mails d’agences d’archi intriguées ou simplement de copains qui me disent qu’ils en ont aperçus à tel ou tel endroit sans que je ne leur en ai parlé auparavant, pour moi c’est que l’idée n’était pas si mauvaise du coup !

A propos de OLOW maintenant, tu t’occupes en partie de tout ce qui est conception de PLV en bois. Qu’est ce qui t’as pris d’intégrer l’équipe ?

Quand je vous ai vus débarqué avec Luez sur mon lino pourri il y a deux ans, puis me remercier sans fin de vous avoir héberger dans de si « bonnes » conditions, de m’avoir ensuite emmener un petit bout de chemin avec vous lors de votre tour de France du « DIY Marketing » Je me suis d’abord beaucoup marré et puis j’ai été étonnement surpris par votre courage les gars, en y pensant, je défie pas mal de personnes de réussir à mettre autant de passion et de détermination dans le projet qu’est le vôtre. Ça donne envie de soutenir le projet avec tout ce qu’on peut y apporter. En tout cas bravo à vous les gars.
C’est quoi tes projets à venir ?
Pour le moment je suis encore salarié dans une entreprise de menuiserie, j’essaye de bosser le plus possible sur mon projet pour essayer pourquoi pas d’arrêter de bosser le soir en plus du travail et de m’y consacré pleinement, qui sais ?
Sinon continuer à skater avec les potes, bouger à droite à gauche quand l’occasion se présente.

 

Merci mec pour cet interview. Un ptit mot pour la fin ?

Seulement préciser que les photos que je vous joins n’ont en aucun cas la prétention d’être artistique ou quoi que ce soit, loin de moi l’idée d’en faire un tumblr aseptisé à la recherche du « like »
Elles représentent seulement pour moi des souvenir personnels, ceux que tu te redécouvres avec le sourire lorsque tu ouvres l’album recouvert de poussière qui trainait au fond de ton placard.
contact@menuiserie-bella.fr

 

http://menuiserie-bella.fr/

contact@menuiserie-bella.fr